Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Zoom sur... les dangers du débridage sur les VAE

Depuis que les Vélos à Assistance Électrique (VAE) sont disponibles sur le marché, de nombreux consommateurs sont tentés de les débrider pour accéder à plus de puissance et à une plus grande vitesse. En effet, les VAE sont considérés comme des cycles dès lors que l’assistance ne dépasse pas les 25 km/h et les 250W de puissance. 

Cependant, les 25 km/h étant vite atteints et parfois même sans l’aide de l’assistance, certains utilisateurs ne trouvent plus leur compte dans ces vélos et leur capacité d’assistance limitée. 

C’est là que l’envie de débrider peut apparaître.

Un risque de sanctions juridiques de plus en plus important

Les sanctions qui s’appliquent sur les VAE débridés utilisés sur la voie publique sont lourdes, car rouler avec un VAE ne respectant pas certaines exigences techniques revient à rouler avec un cyclomoteur non homologué. 

Aux yeux de la loi, un cyclomoteur doit obligatoirement être déclaré avec une carte grise, immatriculé avec une plaque et assuré. 

Les amendes peuvent aller jusqu’à 1500€ pour une conduite sans assurance.

Le marché des VAE étant en plein essor depuis plusieurs années, les autorités sont de plus en plus confrontées à des vélos débridés et sont donc de plus en plus alertes à ce sujet. 

De nombreuses contraintes techniques

En plus des risques juridiques, le débridage expose les utilisateurs des VAE à de gros dangers en matière de sécurité et de garantie. 

Le véhicule peut subir une surchauffe du moteur et donc une chute de rendement, car son niveau d’utilisation se situe au-delà de ses capacités nominales. De plus, un moteur modifié n’est plus sous la garantie du constructeur, qui n’est plus responsable de la sécurité ou de la performance du moteur.

READ  Zoom sur... la double transmission brevetée LMX

Certains fabricants de moteur utilisent même des systèmes de blocage complet des moteurs si un système de débridage est détecté.  

Enfin, les performances de freinage du VAE peuvent être altérées, en plus de l’usure prématurée de certaines pièces, ce qui augmente le risque d’accidents pour l’utilisateur. 

Et attention, les assurances ne prennent pas en charge un accident avec un véhicule modifié !

Cela implique, en cas d’accident grave, les frais médicaux et juridiques à la charge de l’utilisateur d’un VAE débridé…

Des sorties sans contraintes avec vos LMX homologués

Dès le départ, l’une des missions de LMX était de proposer des véhicules homologués ET puissants, en réponse aux limites présentes sur les VAE classiques. 

Depuis 2020, vos LMX 161 et LMX 64 sont tous deux homologués cyclomoteurs 50cc (L1e-B), avec une assistance vous permettant d’atteindre les 45 km/h.

Plus besoin de chercher, de belles sensations s’offrent à vous, sans contraintes !

Les points forts de l’homologation

Rouler avec un véhicule homologué et emprunter les chemins autorisés à ce dernier, c’est la garantie de respecter les règles en vigueur et donc de rouler sans contraintes, en profitant à 100% de l’instant présent. 

Et avec votre assurance, c’est aussi la sérénité d’être assurée en cas d’accidents.

C’est aussi la garantie de rouler avec un véhicule adapté à la vitesse et à la puissance demandées, sans risques d’usure prématurée des pièces.

Enfin, les véhicules homologués sont éligibles aux aides à l’achat du gouvernement, qui sont toujours les bienvenues financièrement parlant. 

En effet, il faut justifier d’une carte grise et d’un certificat d’homologation pour être éligible.

READ  Transmission par courroie ou par chaîne pour mon LMX ?